François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


"EON fait une bonne affaire avec ses centrales à charbon françaises"


Le groupe a annoncé, vendredi 28 septembre, une lourde restructuration de ses centrales à charbon en France. Le numéro un allemand de l’énergie prévoit pour la centrale thermique Snet située à Gardanne (Bouches-du-Rhône) une reconversion à la biomasse. Est-elle réellement une rescapée ? Décryptage avec François-Michel Lambert, Député EELV des Bouches du Rhône.


"EON fait une bonne affaire avec ses centrales à charbon françaises"
L’Usine Nouvelle - EON vient de faire part de son intention d’investir 220 millions d’euros dans la centrale de Gardanne. Une bonne nouvelle pour le site ?
François-Michel Lambert - C’est avant tout le symptôme d’un projet industriel un peu flottant. Car quelques jours auparavant, l’allemand s’engageait encore à investir 250 millions d’euros. Mais le plus important reste qu’ils vont bénéficier d’aides publiques à hauteur d’1 milliard d’euros. Belle affaire !
Par ailleurs, si j’estime que le projet n’est pas vraiment crédible, c’est aussi parce qu’Eon devra se procurer 1 million de tonnes de bois pour faire fonctionner sa centrale. Elle ne pourra pas en  importer plus de 500 000 tonnes. Nous ne savons d'ailleurs pas d’où proviendra ce bois. Quant aux 500 000 tonnes restant, tous les professionnels s’accordent à dire que c’est un objectif impossible.
Donc pour vous ce projet n’est pas viable ?
Non et je pense qu’Eon ne veut pas réellement porter le projet jusqu’au bout. Ils veulent sortir par la grande et pouvoir dire qu’ils ont tout fait pour sauver Gardanne. Mais on peut craindre qu’elle ferme aussi.
Cela peut soulever une autre question : pourquoi Eon a refusé l’offre de Sparkilng Capital sur 4 autres de ses centrales ?
C’est ce qui vous fait dire qu’EON sort gagnant de cette restructuration ?
Ses centrales à charbon françaises représentent 2 à 3% des réponses spot dans le pays. En les fermant, Eon affaiblit ainsi la capacité française de production d'électricité de pointe et pourra lui vendre très chère son électricité...produite en Allemagne, en Italie ou en Espagne.
La France sera plus que jamais confrontée aux coupures d'électricité. Cette situation va  également contribuer à creuser notre balance commerciale avec ces importations d'électricité.
D’un autre côté, EON semblait intéressé par les concessions hydroélectriques françaises. Qu’adviendra-t-il ?
Compte tenu de ce qui vient d’être annoncé, je doute que le gouvernement regarde sa proposition.
Il suit de près le dossier Eon. Il est désormais passé en arbitrage chez le Premier ministre et a quitté le ministère de Redressement productif.

Usinenouvelle.com - 01/10/12

Lundi 1 Octobre 2012



Dans la même rubrique :
< >

François-Michel Lambert

Député des Bouches du Rhône (Allauch, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Gardanne, Gréasque, La Bouilladisse, La Destrousse, Meyreuil, Mimet, Peypin, Plan-de-Cuques, Roquevaire, Saint-Savournin, Simiane-Collongue)

Ancien Vice-président de la commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale

"Le député du Jour" sur LCP



Newsletter

Rechercher

Suivez-moi
Twitter
Facebook
Mobile
Rss



Retrouvez les artisans et les producteurs de la 10ème circonscription