François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


Etat du réseau ferré, la situation actuelle n’est pas tenable et demande de véritables choix budgétaires


Communiqué de presse d’éluEs Europe Ecologie / Les Verts


Etat du réseau ferré, la situation actuelle n’est pas tenable  et demande de véritables choix  budgétaires
Le bilan de la dramatique catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge est maintenant connu, 6 morts et des blessés graves. Les éluEs Europe Ecologie / Les Verts souhaitent en premier lieu exprimer toute leur émotion et leur soutien aux victimes et aux familles concernées par la dramatique catastrophe ferroviaire de Brétigny. Ils rendent également hommage au travail impressionnant des services de secours et à la mobilisation des agents de la SNCF dans des circonstances aussi dures.

Les enquêtes sont encore en cours pour déterminer les causes de l'accident.

Cet accident met de nouveau en lumière l’état vieillissant du réseau ferroviaire national sans pour autant préjuger que cela en soit vraiment la cause ou la cause unique.

Le constat est désormais partagé, le réseau ferré classique, le "ferroviaire du quotidien",  a été a laissé de côté ces 30 dernières années au profit du réseau à grande vitesse.

Si, actuellement, la maintenance, la rénovation et la modernisation font l’objet d’un financement plus important, il est évident que c’est nettement insuffisant.

En effet, l’augmentation massive de trains régionaux pour accompagner le report modal vers un mode de transport propre est de 25% entre 2002 et 2012. Dans la même période, le nombre de voyageurs utilisant les TER a progressé de 55%. De la même manière si le réseau en Ile de France s'est beaucoup développé permettant un report modal conséquent, c'est récent et l'état du réseau n'est pas à la hauteur des millions de passagers qui l'utilisent chaque jour.

Nous avons donc besoin d’un réseau ferré moderne et fiable.

Pour cela, de véritables choix budgétaires doivent être confirmés et amplifiés par le Gouvernement. Or force est de constater que l’Etat est, sur certains domaines, tenté par le désengagement financier :
-    Les très fortes augmentations des redevances d’infrastructure entre 2005 et 2012 n’ont pas apporté de nouvelles ressources à RFF car celles-ci ont été totalement compensées par une baisse des subventions de l’Etat de l’ordre d’1 milliard d’euros. Cette année la dette de RFF va s’accroitre de 3 milliards d’euros.
-    La taxe poids lourd, qui doit être opérationnelle en 2013, va rapporter environ 800M€, en année pleine, à l'AFITF (Agence de Financement des Infrastructures de Transports de France) mais l'Etat prévoit de réduire sa participation du même montant.
-    Enfin, il est nécessaire de donner une vraie priorité aux transports collectifs. Or, nous constatons encore beaucoup de projets routiers et autoroutiers dans les investissements d’avenir annoncés par le 1er Ministre.

Vu le contexte actuel, il est indispensable que l’Etat maintienne un niveau minimal d’investissements dans des « infrastructures durables ».
De plus, les futurs Contrat de Plan Etat / Régions 2014-2020 doivent disposer d’une enveloppe budgétaire permettant d’aller dans ce sens.

Enfin, dans le cadre du projet de loi relatif à la réforme du système ferroviaire, il convient d’affirmer une reprise en main par l'Etat et plus largement par la Nation du pilotage de la stratégie ferroviaire française. Notamment, via le principe d’une loi d’orientation et de programmation ferroviaire. Cette loi concrétiserait une véritable reprise en main de la stratégie ferroviaire par le pouvoir politique.

Les éluEs Europe Ecologie / Les Verts

Jean Yves Petit                                
Vice Président de la Région PACA, délégué aux transports
Françoise Coutant
Vice Présidente de la Région Poitou Charente, déléguée aux transports
Pierre Serne
Vice président de la Région Ile de France, délégué aux transports
François Michel Lambert
Député
Eva Sas
Députée
Alain Fousseret
Vice Président de la Région Franche Comté, délégué aux transports

Mardi 16 Juillet 2013



François-Michel Lambert

Député des Bouches du Rhône (Allauch, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Gardanne, Gréasque, La Bouilladisse, La Destrousse, Meyreuil, Mimet, Peypin, Plan-de-Cuques, Roquevaire, Saint-Savournin, Simiane-Collongue)

Vice-président de la commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale

"Le député du Jour" sur LCP



Newsletter

Rechercher

Suivez-moi
Twitter
Facebook
Mobile
Rss



Retrouvez les artisans et les producteurs de la 10ème circonscription