François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


François-Michel LAMBERT, Député des Bouches-du-Rhône demande au gouvernement la mise en œuvre d’un plan contre le commerce parallèle de tabac



Communiqué de presse. Bilan de la Douane présenté jeudi 16 mars. Manifestation des buralistes dimanche 19 mars près d’Andorre.
 
Michel Sapin, Ministre de l’Économie et des Finances et Christian Eckert, Secrétaire d’État chargé du Budget et des Comptes publics, ont présenté jeudi 16 mars 2017 pour l’année 2016, les résultats de la Douane, pour l’année 2016 en présence du Directeur général des Douanes et Droits indirects, Rodolphe Gintz. Le bilan de la Douane confirme l’importance du commerce parallèle de tabac avec une saisie de 441,3 tonnes de tabac pour l’ensemble de l’année 2016.
 
Ce chiffre confirme l’importance du commerce parallèle de tabac en France.
 
Il explique et justifie la colère des buralistes qui s'est exprimée une nouvelle fois dimanche 19 mars à Tarascon-sur-Ariège, pour protester contre le tabac illicite qui inonde les réseaux parallèles.
 
Tous les élus, toutes les associations anti-tabac, tous les buralistes exigent une lutte contre ce fléau qui prive l’État de 3 milliards d’euros de recettes fiscales chaque année, et les buralistes de 250 millions d’euros. Et qui aggrave le tabagisme en France, et l’insécurité que ces trafics engendrent.
 
Même les cigarettiers ont demandé, jeudi 16 mars, la mise en œuvre d’un plan contre le commerce parallèle. Personne n’a relevé leur indécence, alors qu’il est désormais prouvé qu’ils sont responsables de l’immense part du commerce parallèle de tabac. Pour rappel, selon une analyse de la Seita présentée en novembre 2016, le commerce parallèle n’est composé qu’à 0,2% de contrefaçon et qu’à 1% de « marques blanches », ce qui veut dire que 98,8% du commerce parallèle vient directement des usines des cigarettiers.
François-Michel Lambert députe des Bouches du Rhône déclare "Je déplore le lobbying des cigarettiers qui s’exerce à Paris, à Bruxelles, et dans chacun des États membres de l’UE."
 
Pour François-Michel Lambert, les choses sont simples : soit on ne fait rien, et l’État, c’est-à-dire les contribuables, continuent de perdre 8 millions de recettes fiscales par jour, et les buralistes 700.000 euros par jour, à cause des cigarettiers, soit le gouvernement se décide enfin à appliquer l’arsenal juridique que les députés et sénateurs ont adopté à l’unanimité à l’automne 2015, le Protocole de l’OMS « pour éliminer le commerce illicite du tabac », Traité international qui prévoit la mise en œuvre d’une traçabilité des produits du tabac, strictement indépendante des fabricants de tabac, mais payée par eux.
 
Le député FM Lambert conclut "Ne rien faire serait céder à la finance internationale dont les fabricants de tabac représentent la face la plus hideuse et dangereuse."
 
Pour tout contact :
Marjorie Hagobian
0616507066

Lundi 20 Mars 2017



François-Michel Lambert

Député des Bouches du Rhône (Allauch, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Gardanne, Gréasque, La Bouilladisse, La Destrousse, Meyreuil, Mimet, Peypin, Plan-de-Cuques, Roquevaire, Saint-Savournin, Simiane-Collongue)

Vice-président de la commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale

"Le député du Jour" sur LCP



Newsletter

Rechercher

Suivez-moi
Twitter
Facebook
Mobile
Rss



Retrouvez les artisans et les producteurs de la 10ème circonscription