François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


François-Michel Lambert pour la reconnaissance du peuple d’Artsakh



Dans une déclaration faite le 21 juillet « au nom des trois pays co-présidant le Groupe de Minsk » de l’OSCE, la France a indiqué qu’elle reconnaissait « le rôle du peuple du Haut-Karabagh (Artsakh) pour décider de son avenir ».

Plus de 25 ans après son indépendance, l'Artsakh, république autodéterminée et à ce jour non reconnue par la communauté internationale, reste encore méconnue pour un grand nombre d'entre nous. Pendant la période soviétique, ce territoire historiquement peuplé d’Arméniens a été autoritairement intégré à la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan en tant qu’administration autonome du Haut-Karabagh en dépit de la volonté de sa population et des demandes réitérées de rattachement à l’Arménie.

Depuis la fin de l’URSS, le Haut-Karabagh a lutté pour la reconnaissance de son indépendance au nom du droit des peuples à l’autodétermination. Une situation géopolitique complexe qui résulte du conflit ouvert imposé par le gouvernement azerbaïdjanais à la population et aux autorités du Haut-Karabagh à propos de son propre statut.

Le député François-Michel Lambert, vice-président du groupe Amitié France-Arménie a adhéré en 2016 au Cercle d'amitié France-Artsakh (ancien Cercle d'Amitié France-Karabagh) et reste un fervent défenseur de l’auto-détermination du peuple d’Artsakh.
« Si les trois pays co-présidant le Groupe de Minsk reconnaissent effectivement le rôle du peuple d’Artsakh, ils doivent absolument peser de tout leur poids pour que les représentants démocratiquement élus de ce peuple soient présents à la table des négociations avec l’Azerbaïdjan » a ajouté le Député (LREM) François-Michel Lambert, membre lui aussi du Cercle France-Artsakh. Le Député a précisé que « c’est du reste ce que prévoit l’accord-de cessez-le-feu signé en 1994 entre l’Arménie, l’Artsakh et l’Azerbaïdjan ».

Cette année, le député a participé à une rencontre à l’Assemblée nationale autour de l'Ambassadeur d’Arménie Viguen Tchitetchian et du Représentant de l’Artsakh en France Hovanes Guevorkian. Depuis plusieurs mois, François-Michel Lambert prend des initiatives pour accompagner la construction de l’Artsakh.

La première a été sa condamnation des forces armées Azerbaïdjanaises qui avaient entreprises une offensive de grande envergure sur le Haut-Karabagh, historiquement peuplé à 90% d’Arméniens.
« Cette agression envers les populations Arméniennes est inadmissible ! ».

Le député lance un appel au respect du cessez-le-feu et pour la fin des menaces anti-arméniennes. Il prend la parole ce 14 mars 2017 au Trocadero pour dénoncer la venue en France du président azerbaïdjanais Aliyev et contre la guerre au Haut-Karabagh mené par son armée.

François-Michel Lambert apporte son soutien partout dans le monde où la France doit faire rayonner ses valeurs humanistes.
En 2015, il parraine le vernissage de l'exposition commémorative du génocide Arménien du Camp des Milles (musée historique et mémoriel). En présence d'Alain Chouraqui Président de la Fondation du Camp des Milles, du Consul d'Arménie en France, de Pascal Chamassian Président de la JAF (Jeunesse Arménienne de France), Levon Djolakian Président Sud du Fond Arménien de France, d'associations locales et autres personnalités du territoire et d'un public très nombreux.

Cette exposition d'une durée de six mois a été organisée dans le cadre de la commémoration des cent ans du génocide arménien. Elle revient sur les lieux des massacres, présente des parcours d'hommes et de femmes marqués à jamais dans leur esprit, mais également des récits d'actes justes, d'exemples à suivre d'une humanité résistante au cœur de la folie organisée. Elle s'inscrit dans un ensemble d'expositions consacré aux génocides et crimes de masse du XXe siècle.

En 2016, il s’est félicité que les plus hautes autorités religieuses catholiques, par la bouche du Pape François en visite en Arménie, a demandé au gouvernement turc de reconnaître enfin le génocide arménien, plus d'un siècle après.

Toujours en 2016, le député François-Michel Lambert a voté un amendement du gouvernement pénalisant toute négation d'un crime contre l'humanité, notamment l'esclavage et les génocides arménien, tsigane, juif et tutsi.
« Je me réjouis que nous puissions avancer pour donner à tous ceux qui souffrent de la douleur infligé par certains qui très souvent instrumentalisent la négation pour continuer à rabaisser un peuple, une histoire, une culture ».

La même année, il soutient les 15 années de l’Université Française en Arménie. La professionnalisation des étudiants à travers les enseignements en matière scientifique, technologique et culturelle est capitale. Des passerelles sont renforcées notamment pour la promotion de la francophonie en Arménie. Et depuis 15 ans, toute une génération d’étudiants regarde à présent vers l’avenir et permet de développer l’économie et la promotion de la société civile en Arménie.

Puis, le député est intervenu à l’Assemblée nationale pour questionner le Gouvernement sur la situation en Turquie et attirer l’attention sur les emprisonnements des députés kurdes par le régime Erdogan et sa dérive dictatoriale. François-Michel Lambert a affirmé son soutien au député turc d'origine kurde, Garo Paylan.
« Erdogan veut restaurer la peine de mort. Il sera alors en mesure de détruire toute trace d'une opposition déjà affaiblie, d'une presse amputée et muselée, de minorités profondément meurtries par nombre de massacres organisés. Monsieur le ministre, en mon nom, en celui de mes collègues et du député turc kurde Garo Paylan, que je devais rencontrer ce dimanche et qui est retenu par la force en Turquie, je vous demande de dresser un bouclier moral face à la dérive dictatoriale du régime Erdogan. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas ! La France doit agir concrètement, notamment grâce à sa place et son rôle au Conseil de sécurité des Nations unies ».

Après les applaudissements sur les bancs de l’Assemblée nationale, son intervention a été saluée par Simon Azilazian, président du CCAF (Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France) lors de son discours auprès de la communauté Arménienne et de la population Marseillaise lors des vœux du CCAF en 2017.

Malgré les protestations de la Turquie par l’intermédiaire de son embrassade contre le  député François-Michel Lambert, celui-ci reste un soutien indéfectible de la cause Arménienne.

Il est chaque année en soutien de l’opération Phonéthon dont il est membre actif. Le Phonethon est la plus importante opération humanitaire en France au profit de l’Arménie et du Karabagh. Elle pour but de construire des infrastructures vitales (routes, écoles, dispensaires et hôpitaux, réseau d’eau potable, de gaz et d’électricité, bases de matériels agricoles, fourniture de semences et de bétails, centres ruraux d'action sociale etc.) indispensables au développement socioéconomique de cette région du monde.

La paix de demain se construit aujourd'hui. Le député François-Michel Lambert n'hésite pas s’engager pour le droit et la justice auprès de la communauté arménienne et pour la reconnaissance du génocide. Il est l’un des premiers députés à reconnaitre d’ores et déjà la république souveraine d’Artsakh et demande à l’Azerbaïdjan de cesser cet état de guerre qui  empêche la signature d’un accord de paix définitif.

Vous pouvez retrouver nombre de ses interviews, ses actions, et ses interventions à l’Assemblée nationale sur son site http://www.fmlambert.fr

Jeudi 27 Juillet 2017



François-Michel Lambert

Député des Bouches du Rhône (Allauch, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Gardanne, Gréasque, La Bouilladisse, La Destrousse, Meyreuil, Mimet, Peypin, Plan-de-Cuques, Roquevaire, Saint-Savournin, Simiane-Collongue)

Vice-président de la commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale

"Le député du Jour" sur LCP



Newsletter

Rechercher

Suivez-moi
Twitter
Facebook
Mobile
Rss



Retrouvez les artisans et les producteurs de la 10ème circonscription