François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


Hommage à Frédéric Chevillon, député allaudien mort pour la France



Parce que Frédéric Chevillon, député des Bouches-du-Rhône, avait été tué dans les combats pour la conquête de la butte des Eparges (Meuse) le 21 février 1915, François-Michel Lambert, député (EE-LV) de Gardanne, a fait hier le déplacement pour participer à la cérémonie du souvenir qui lui était consacrée. "Je ne connaissais pas ce lieu", reconnaît-il. Pour conquérir cette butte des Eparges, de la dimension d'une colline, 50 000 Français et 50 000 Allemands sont morts. Ici, on voit l'horreur de la guerre. Et Frédéric Chevillon faisait partie des 10 000 hommes disparus que l'on n'a jamais retrouvés. Il est quelque part dans cette butte."

Aux côtés de Claude Bartolone, Président de l'Assemblée nationale et de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État à la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, François-Michel Lambert a symboliquement déposé une poignée de terre d'Allauch, commune du parlementaire disparu. "Je voulais mélanger la terre d'Allauch à celle où il repose" explique le député de Gardanne.

Un symbole conforté par une coïncidence. En effet, le fauteuil n° 290 qu'occupe aujourd'hui François-Michel Lambert dans l'hémicycle, n'est autre que celui qu'occupait en son temps, Frédéric Chevillon.

Le député d'Allauch, tué ce 21 février 1915 à l'âge de 36 ans, était parti, en 1914, comme simple soldat de l'armée territoriale. "Il s'est sacrifié" tient à souligner François-Michel Lambert. En effet, Frédéric Chevillon était sorti de la tranchée en criant "vous allez voir comment on meurt dans le 15e corps". Sa mort avait eu pour effet de modifier radicalement la vision que portait le reste du pays sur les combattants méridionaux, injustement soupçonnés de faiblesse. "Ça résonne aujourd'hui avec les événements dramatiques que l'on a connus, fait observer François-Michel Lambert, "Il me fait penser à Hamed, le policier musulman tué, (lors de l'attentat de Charlie Hebdo, NDLR) par des intégristes. Aujourd'hui certains veulent stigmatiser des gens qui viennent d'autres origines. Il y a un siècle c'était la France du nord qui stigmatisait la France du sud, les méridionaux, les provinciaux, les Provençaux. Il aura fallu la mort courageuse de Frédéric Chevillon pour retourner l'opinion. Un siècle plus tard, on revit la même chose. Nous devrions tous avoir en tête ce qu'est l'horreur de la guerre."

Lors de cette cérémonie officielle une plaque a été déposée à la mémoire de Frédéric Chevillon. Une mémoire, que François Michel Lambert entend perpétuer dans les Bouches-du-Rhône, car "si les gens de la Meuse ont une haute opinion de Frédéric Chevillon, ce n'est pas le cas chez lui, en Provence" regrette-t-il. Pour remédier à cet état de fait, il promet de bousculer le silence pour faire connaître, ou connaître à nouveau, le député des Bouches-du-Rhône mort pour la France.



Samedi 21 Février 2015



François-Michel Lambert

Député des Bouches du Rhône (Allauch, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Gardanne, Gréasque, La Bouilladisse, La Destrousse, Meyreuil, Mimet, Peypin, Plan-de-Cuques, Roquevaire, Saint-Savournin, Simiane-Collongue)

Vice-président de la commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale

"Le député du Jour" sur LCP



Newsletter

Rechercher

Suivez-moi
Twitter
Facebook
Mobile
Rss



Retrouvez les artisans et les producteurs de la 10ème circonscription