François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


Vive l’économie circulaire


Tribune de Serge Orru, ancien directeur général du WWF France


Vive l’économie circulaire
"On peut voir l’économie circulaire par le prisme des déchets et du recyclage. En clair, le déchet de l’un devient matière première de l’autre"

L’économie circulaire est un formidable mouvement sociétal qu’il faut polliniser de toute urgence dans notre pays. C’est un véritable potentiel d’emplois et de richesses reposant sur la créativité et l’intelligence de tous, la seule énergie inépuisable.

L’économie circulaire, c’est l’économie du moindre impact sur notre environnement immédiat et lointain. C’est un système économique et industriel produisant sans détruire, boosté par la croissance de la conscience. Production et consommation ne pouvant plus se traduire par la seule destruction des ressources. L’écoconception de tous nos produits devra être généralisé en rendant leur usage durable et leur fin assimilable par une autre issue que le gaspillage. Nous souhaitons tous la disparition de ces emballages qui durent plus longtemps que le produit ! Des continents de plastiques, guère fantastiques, naviguent en mer pour des millénaires…

On peut voir l’économie circulaire par le prisme des déchets et du recyclage. En clair, le déchet de l’un devient matière première de l’autre. La biodégradabilité s’imposera à l’ensemble des produits éphémères. La France jette ou brule l’équivalent d’un Mont Blanc de déchets chaque année… il nous faut passer de la société du jetable à la société du durable, véritable société moderne où l’économie et l’écologie vont enfin se penser ensemble. Mais, c’est surtout observer et s’inspirer de l’immense créativité, à l’œuvre dans la nature pour développer le biomimétisme. Place à l’innovation, à la recherche pluridisciplinaire et à l’intelligence collective dans tous nos territoires.

D’aucuns diront que le développement durable concilie, déjà, croissance économique, préservation de l’environnement et amélioration des conditions sociales. Alors, pourquoi inventer une autre voie ? Parce que près de trente ans après le rapport Brundtland, le dérèglement climatique devient un péril et la dégradation de la biodiversité s’accélère ; parce que le lien environnement santé à cause de la toxicité de l’air, de l’eau, des sols coûte très cher en termes de santé publique (nous dépensons 10 à 40 milliards d’euros en France, à cause d’une mauvaise qualité de l’air dont un milliard pour les médicaments dédié aux asthmatiques) provoquant l’amplification des crises sociales.

Aujourd’hui, notre monde autophage repose sur la fabrication polluante de marchandises trop souvent fabriquées ailleurs, sans réelle valeur et durabilité, ni éthique et minima sociaux. L’obsolescence programmée de tous nos produits n’est plus admissible car elle représente une grave menace pour les générations futures.

Il est temps de désirer une économie dont la logique est la qualité de vie pour l’humain, l’animal, le végétal. En privilégiant par exemple, l’agroécologie, superbe exemple d’économie circulaire où rien ne se perd et tout se transforme.

Découpler la croissance économique de l’augmentation de l’exploitation des matières premières est une nécessité absolue. Nos espèces ont évolués dans l’interdépendance et nous, les humains, nous évoluons souvent avec désinvolture et individualisme. La cupidité fait circuler 98% de la finance mondiale dans son casino planétaire alors que les 2% restant vont à l’économie réelle. Nous avons un système fou qui détruit la nature et les entreprises…

La nature doit devenir une source inspirante pour le monde de l’entreprise afin d’installer une relation harmonieuse entre l’homme et sa biosphère. Métamorphoser une société de consommation en une société d’utilisation est indispensable en donnant toute sa place à l’économie de fonctionnalité qui fait du produit un service.

Produire de la richesse sans détruire nos milieux naturels, préservera la Terre, notre foyer, notre ile dans l’Univers, où s’exprime la conscience de notre devenir et de nos responsabilités.

Alors, place à la bienveillance et à solidarité avec l’écosystème planétaire et tous ses passagers. Le sens de la vie et de l’histoire nous dit que nous ne sommes pas ce que nous achetons et consommons. Nous sommes ce que nous créons et réalisons dans la joie de vivre !

Mercredi 3 Juillet 2013



François-Michel Lambert

Député des Bouches du Rhône (Allauch, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Gardanne, Gréasque, La Bouilladisse, La Destrousse, Meyreuil, Mimet, Peypin, Plan-de-Cuques, Roquevaire, Saint-Savournin, Simiane-Collongue)

Vice-président de la commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale

"Le député du Jour" sur LCP



Newsletter

Rechercher

Suivez-moi
Twitter
Facebook
Mobile
Rss



Retrouvez les artisans et les producteurs de la 10ème circonscription