François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


Contre la pollution plastique du Tour de France: la tribune du JDD de François Michel Lambert


Malgré leur amour du vélo et des paysages français, des députés et ONG déplorent que le Tour de France soit prétexte à la distribution d’une avalanche de produits en plastique, qui viendront bien vite encombrer les décharges ou polluer les océans.


Selon les auteurs de la tribune, 18 millions de goodies sont distribués sur les routes du Tour de France par la caravane publicitaire. (Reuters)

A moins d’une semaine du Tour de France 2019, qui commence samedi, des députés et ONG s’alarment des dégâts que s’apprête à causer la caravane publicitaire qui accompagne l’événement. Quelques heures avant le passage des coureurs, des dizaines de véhicules promotionnels distribuent à la volée des échantillons en tous genres, souvent emballés de plastique – et pas souvent utiles, dénoncent les signataires. Voici leur tribune.

Comme beaucoup de Français, nous aimons retrouver le Tour de France, lors d’une étape près de chez soi ou de son lieu de vacances, et nous aimons le vélo. Le Tour est une extraordinaire vitrine pour notre pays, une carte postale sans cesse renouvelée qui donne à rêver de nos paysages, de nos terroirs et de notre art de vivre.

Comme une grande partie des 10 à 12 millions de spectateurs qui se massent sur les bords des routes de la grande boucle, nous aimons assister au passage de la caravane publicitaire, aussi disproportionnée soit-elle avec son cortège de 20 kilomètres, sa cinquantaine de marques, ses 200 véhicules uniques, entre œuvres d’art et fête foraine... La caravane est tout aussi extraordinaire que le tour lui-même, elle amuse et fait rêver petits et grands avec ses objets publicitaires.

Les organisateurs du Tour, les partenaires et les sponsors de la caravane ne peuvent plus ignorer la pollution plastique qui pollue nos cours d’eau, nos rivières, nos fleuves, nos océans.
Et pourtant, ce sont 18 millions de "goodies" qui sont distribués et jetés dans la nature! Les "goodies"? De pitoyables breloques en plastique fabriquées en Chine, trop souvent sous blisters, ces terrifiants emballages plastiques inutiles. Tous ces gadgets en plastique, qui ne servent à rien, sont semés chaque année sur les routes de France, comme si tout cela était normal.
Du plastique comme s'il en pleuvait!

Les organisateurs du Tour, les partenaires et les sponsors de la caravane ne peuvent plus ignorer la pollution plastique qui empoisonne nos champs, nos prairies et nos montagnes, qui pollue nos cours d’eau, nos rivières, nos fleuves, nos océans. Il faut agir désormais pour éviter ces pollutions et faire entrer le Tour dans une boucle plus vertueuse.
Oui, la caravane publicitaire serait encore plus belle si elle proposait d'autres modes de publicité que ces objets dispersés sur les routes.

Pourtant, le Tour de France du plastique continue de rouler sur la tête et rien ne semble pouvoir l’arrêter.
Amoureux du Tour plus encore amoureux de nos campagnes, de nos montagnes, de nos communes et de nos territoires, nous demandons aux organisateurs, aux partenaires, aux sponsors de prendre réellement conscience de ces réalités et de réfléchir pour l'avenir à un tour plus écolo avec une caravane publicitaire débarrassée de ces objets plastiques dont nous n'avons pas besoin.

Oui, la caravane publicitaire serait encore plus belle, plus extraordinaire si elle proposait d'autres modes de publicité et de "street marketing" que ces objets dispersés sur les routes. Si elle était débarrassée des plastiques jetables.
En attendant, au-delà du Tour, nous nous adressons aux organisateurs d’événements sportifs et culturels en leur demandant de stopper cette distribution de gadgets en plastique qui finissent au mieux dans les décharges ou les incinérateurs, au pire dans nos océans.

Le monde change, les consommateurs deviennent beaucoup plus exigeants et on leur demande aussi de revoir leur relation aux produits jetables en plastique. Sur cette question, hélas, si au-delà de la sensibilisation et de la prévention, rien ne bouge par la volonté de ceux qui organisent, vendent et consomment, il faudra sans aucun doute légiférer et interdire, afin de prendre nos responsabilités. Pour tout simplement préserver l’avenir de notre planète ; pour que nos enfants puissent vivre eux aussi des moments de fête heureuse dans notre douce France préservée.

Liste des signataires : 
Députés : François-Michel Lambert, député (Libertés et Territoires) des Bouches-du-Rhône ; Caroline Janvier, députée (LREM) du Loiret ; Jean-Felix Acquaviva, député (LT) de Haute-Corse ; Delphine Bagarry, députée (LREM) des Alpes-de-Haute-Provence ; Erwan Balanant, député (MoDem) du Finistère ; Émilie Cariou, députée (LREM) de la Meuse ; Michel Castellani, député (LT) de Haute-Corse ; Annie Chapelier, députée (LREM) du Gard ; Mireille Clapot, députée (LREM) de la Drôme ; Jean-Michel Clément, député (LT) de la Vienne ; Paul-André Colombani, député (LT) de Corse-du-Sud ; Frédérique Dumas, députée (LT) des Hauts-de-Seine ; M’jid El Guerrab, député (LT) des Français de l’étranger ; Yannick Favennec, député (LT) de Mayenne ; Bruno Fuchs, député (MoDem) du Haut-Rhin ; Yannick Haury, député (LREM) de Loire-Atlantique ; Sandrine Josso, députée (LT) de Loire-Atlantique ; Sandrine Le Feur, députée (LREM) du Finistère ; Jacques Maire, député (LREM) des Hauts-de-Seine ; Sereine Mauborgne, députée (LREM) du Var ; Paul Molac, député (LT) du Morbihan ; Matthieu Orphelin, député (non inscrit) de Maine-et-Loire ; Bertrand Pancher, député (LT) de la Meuse ; Sylvia Pinel, députée (LT) du Tarn-et-Garonne ; Barbara Pompili, députée (LREM) de la Somme ; Florence Provendier, députée (LREM) des Hauts-de-Seine ; François Pupponi, député (LT) du Val d’Oise ; Nathalie Sarles, députée (LREM) de la Loire ; Elisabeth Toutut-Picard, députée (LREM) de la Haute-Garonne ; Frédérique Tuffnell, députée (LREM) de Charente-Maritime ; Philippe Vigier, député (LT) d’Eure-et-Loir ; Michèle de Vaucouleurs, députée (MoDem) des Yvelines ; Cedric Villani, député (LREM) de l’Essonne ; Jean-Marc Zulesi, député (LREM) des Bouches-du-Rhône. 

Organisations non gouvernementales : Expédition 7e Continent, No Plastic In My Sea, Zero Waste France, Green Cross France, Réseau Déchets Sauvages (ReDeSa), Surfrider Foundation Europe.

Mardi 2 Juillet 2019



Rechercher

Newsletter

Suivez-nous
Twitter
Facebook
LinkedIn
YouTube