François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


Départ du groupe Ecologiste de François-Michel Lambert et 5 autres Députés pour rejoindre le groupe des députés Socialistes et Ecologistes réformistes



Départ du groupe Ecologiste de François-Michel Lambert et 5 autres Députés pour rejoindre le groupe des députés Socialistes et Ecologistes réformistes
Communiqué des députés écologistes réformistes :
 
Le groupe écologiste à l'Assemblée nationale est né de la présence en nombre suffisant de députés élus dans le cadre d'un accord de majorité en 2012, et de la volonté de ses membres de porter une parole écologiste plurielle dans le débat parlementaire.
 
Cette pluralité devait traduire la diversité des options politiques existant au sein du mouvement écologiste en France et en Europe, tout en s'inscrivant dans un cadre commun : celui d'une majorité progressiste. Cette pluralité au sein du groupe écologiste était incarnée par une coprésidence, dont le principe figure comme un des principes fondateurs du groupe.
 
 Les difficultés liées au départ unilatéral des ministres écologistes du gouvernement en 2014 et la dérive protestataire d'une partie de l'écologie politique ont conduit à une scission du groupe en deux tendances autonomes. Le choix a été fait de cohabiter au sein d'un même groupe à l’Assemblée nationale, pour maintenir des moyens d'expression et d'intervention dans le débat parlementaire. Cette cohabitation de deux tendances dont aucune n'a la capacité à construire seule un groupe politique homogène s'est traduite en octobre 2015 par une coprésidence plurielle, chacun des coprésident-e-s représentant une des deux sensibilités politiques.
 
A l'occasion du drame que représentent les accusations lourdes portées contre Denis Baupin, une des tendances a décidé d'opérer un coup de force qui vise à remettre en cause le compromis fragile sur lequel reposait l'existence du groupe.
 
En remettant en cause unilatéralement le principe de la coprésidence du groupe au seul profit de Cécile Duflot, autoproclamée seule présidente, en acceptant que deux membres du groupe franchissent la ligne jaune lors du vote de la Motion de censure de la droite - alors même que les statuts du groupe disposent que "bien évidemment' nous nous engageons à ne jamais mêler nos voix à celles de la droite lors d'un vote de censure du gouvernement", c'est un coup de force qui vide de sa substance l'idée même de groupe écologiste qui a été mené.
 
Nous n'acceptons pas cette mise au pas qui prive l'écologie réformiste que nous incarnons de sa possibilité d'exister dans le débat.
 
Nous en avons tiré les conséquences en adressant au Président de l'Assemblée nationale nos lettres de démission d'un groupe écologiste dévoyé, devenu prisonnier de la logique d’un parti qui dérive dans le repli identitaire et sectaire, sans rapport avec le mandat que nous ont confié les électeurs.
 
 
Communiqué des députés socialistes et écologistes réformistes :
 
Élus au lendemain de l'élection de François Hollande, dans une majorité rassemblant socialistes, écologistes et radicaux de gauche, nous agissons depuis 2012 au sein de groupes parlementaires distincts.
 
Depuis lors, une dérive sectaire a saisi EELV, concrétisée par le départ brutal et unilatéral du gouvernement. Une partie des députés du groupe écologiste a décidé aujourd'hui de priver l'écologie réformiste d'une représentation politique institutionnelle en remettant en cause la pluralité qui fondait l'existence d'un groupe écologiste autonome.
 
Pourtant, chacun de nous a conscience de la nécessité impérieuse d'engager un rassemblement des forces de progrès face au danger de la montée de l'extrême droite.
 
Entretenir et cultiver les divisions de la gauche serait plus qu'une erreur : ce serait une faute, une impasse.
 
Ces constats nous conduisent aujourd'hui à faire œuvre de clarification et de rassemblement.
 
Les députés écologistes réformistes forment désormais au sein d’un groupe socialiste, écologiste et républicain une composante constituée, libre de ses positions, qui inscrit clairement son action dans le cadre de la majorité. L'animation politique des écologistes réformistes est assurée par Véronique Massonneau, députée de la Vienne, qui devient Vice-présidente de ce groupe.
 
Au sein de ce groupe parlementaire renouvelé, les députés écologistes réformistes conservent leur totale liberté d'expression, d'amendement des textes et de vote.
 
Déterminés à contribuer à l'indispensable rassemblement des forces de progrès lors des prochains scrutins, nous entendons agir jusqu'au dernier instant de cette législature.
 
Notre nouveau groupe entend contribuer, dans le dialogue et le respect de l'identité politique de chacun, à la poursuite des réformes indispensables à notre pays et à la prise en compte des défis sociaux, économiques et écologiques que la France relève.
 
http://www.lcp.fr/actualites/info-lcp-les-ecologistes-perdent-leur-groupe-lassemblee-nationale
 

Jeudi 19 Mai 2016



François-Michel Lambert

Député des Bouches du Rhône (Allauch, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Gardanne, Gréasque, La Bouilladisse, La Destrousse, Meyreuil, Mimet, Peypin, Plan-de-Cuques, Roquevaire, Saint-Savournin, Simiane-Collongue)

Ancien Vice-président de la commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale

"Le député du Jour" sur LCP



Newsletter

Rechercher

Suivez-moi
Twitter
Facebook
Mobile
Rss



Retrouvez les artisans et les producteurs de la 10ème circonscription