François-Michel Lambert, Député écologiste des Bouches du Rhône #circo1310


Permanence du député François-Michel Lambert saccagé à Gardanne



Tout d'abord je voudrais remercier tous ceux qui ont apporté un message de soutien à mon équipe et à moi-même. Ces mots sont importants et nous réconfortent. Merci.
 

Vendredi 3 juin vers 10h du matin une cinquantaine de représentants de la CGT ont envahi ma permanence, séquestré mon collaborateur et m'ont intimé l'ordre de venir immédiatement, de tout casser si je n'étais pas là dans les 15 mn. J'ai refusé de me soumettre à leur exigence, car en rendez-vous à l'extérieur je les ai assumés par respect de ceux qui avaient pris Rdv. Je suis donc arrivé vers 12h20. Entre temps les gendarmes avaient sécurisé les lieux et évacué mon collaborateur à ma demande.
 

Pour ma part c'est sous escorte d'une dizaine de gendarmes que j'ai pu atteindre l'entrée de la permanence. Invectivé par les manifestants j'ai tenté un dialogue, dialogue bien inutile devant cette foule hostile. J'ai proposé qu'une délégation rentre dans mon bureau. En y pénétrant j'y ai découvert des dossiers et courriers ouverts éparpillés sur le sol, piétinés et détruits. C'est au milieu de ce chaos que j'ai discuté, seul face à 7 hommes représentants la CGT d'Alteo, de la centrale Uniper, de l'Union Locale, du Bassin Minier et de la Federation Départementale, en présence de la journaliste de la Marseillaise. Avec les gendarmes à la porte surveillant les manifestants à l'extérieur et la délégation à l'intérieur.
 

Ils m'ont alors reproché de ne pas leur avoir donné de rendez-vous... ils ont indiqué qu'ils avaient perdu mon numéro de téléphone personnel que certains d'entre eux ont. Un débat s'en est suivi sur la situation de la centrale, Uniper annonçant un plan social dans 1 mois en s'appuyant sur la déclaration du Président de la République quant à la prochaine instauration d'une taxe carbone qui toucherait le site. J'ai rappelé que cette taxe ne pourra exister qu'une fois qu'elle sera votée par le parlement, ce qui n'est pas encore fait. J'ai confirmé toutefois que nous devions avancer vers une transition énergétique pour sortir de la production électrique à base de charbon, à condition de ne léser personne.
 

Puis ce fut le délégué Alteo qui a regretté de ne pas m'avoir vu le matin même alors que j'étais chez Alteo pour rencontrer les représentants syndicaux (FO). Je lui ai précisé que j'étais venu parce qu'un rendez-vous m'avait été demandé, tout simplement.
L'UL, Fédération départementale et du Bassin Minier m'ont interpellé sur la loi travail, semblant découvrir ma position. J'ai rappelé mon soutien à cette loi et mon engagement à porter des amendements, j'en ai d'ailleurs signés quelques uns qui ont, pour certains, été intégrés à la loi. Au final, rendez-vous a été pris dans une dizaine de jours pour faire un point, plus serein.


Malgré les dégâts et l'intrusion dans un espace privé, les menaces et insultes verbales et la séquestration de mon collaborateur, le fait que toute la nourriture ait été dérobée consommée ou jetée au sol, dégradations sur les murs et les plafonds (coups de tampons et autocollants), les fumigènes retrouvés devant le bureau, ainsi que le téléphone de la permanence (sans valeur) disparu, qu'une imprimante soit cassée, et surtout que les courriers aient été ouverts, jetés à terre (dont le dossier de subvention d'un foyer d'autistes adultes, dossier entièrement à refaire, cela va prendre au minimum 15 jours et nous risquons de perdre la subvention obtenue par le biais de ma réserve parlementaire), j'ai décidé de ne pas porter plainte afin d'apaiser le climat et rentrer dans un dialogue respectueux.
 

Cependant, c'est la 3eme fois que la permanence est envahie, et pour la 1ère fois aussi violemment avec la nécessité de faire appel aux gendarmes qui eux même ont fait appel à des renforts d'Aix en Provence. Dorénavant à chaque tentative d'intimidation, chaque intrusion musclée dans ma permanence, chaque séquestration, chaque destruction, chaque incident que nous subirions mes collaborateurs et moi-même dans le cadre de mon mandat, je porterai plainte. Il est fini le temps où quelques uns imposent physiquement leur point de vue, ne respectant pas les autres réflexions.
 

Je conclurai par cette simple vérité : "2 jeunes étudiants participant aux rassemblements de Nuit Debout m'ont plus amené à me questionner sur la loi travail par des échanges posés et respectueux que la cinquantaine de militants agressifs qui ont envahi ma permanence. A bon entendeur !"



Permanence du député François-Michel Lambert saccagé à Gardanne

Lundi 6 Juin 2016



François-Michel Lambert

Député des Bouches du Rhône (Allauch, Auriol, Belcodène, Bouc-Bel-Air, Cadolive, Gardanne, Gréasque, La Bouilladisse, La Destrousse, Meyreuil, Mimet, Peypin, Plan-de-Cuques, Roquevaire, Saint-Savournin, Simiane-Collongue)

Ancien Vice-président de la commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale

"Le député du Jour" sur LCP



Newsletter

Rechercher

Suivez-moi
Twitter
Facebook
Mobile
Rss



Retrouvez les artisans et les producteurs de la 10ème circonscription